Le cycle de Gestalt

Portrait de Jean-Philippe VIDAL
Ennéagramme et cycle de Gestalt

La Gestalt, est l'abréviation commune de « Gestalt-thérapie », élaborée par Fritz PERLS, psychiatre allemand émigré aux États Unis. Elle se situe au carrefour de plusieurs courants : psychanalyse, Gestalt-théorie, phénoménologie et existentialisme et se veut une psychothérapie, une philosophie et un art de vivre. Elle intègre les différents registres de l'être physique, mental, affectif et spirituel en mettant l'accent sur la conscience du vécu de l'être dans l'ici et maintenant et se veut une manière d'envisager les rapports de l'homme au monde dans lequel il vit.

La "gestalt, ou figure", est une relation dynamique entre un organisme "moi" et son environnement.

Cette relation est déterminée par les besoins de cet organisme qui va puiser dans l'environnement  les réponses nécessaires à sa satisfaction. L'environnement peut ou non satisfaire les besoins du sujet. Dans le premier cas, nous considérons que la "gestalt ou figure" est achevée. Dans le second, la gestalt est dite inachevée ou non terminée.

 

Le but d’un accompagnement gestaltiste est de favoriser l’ajustement créatif de l’organisme vis-à-vis de son environnement. En d'autres termes, la Gestalt se définit comme un art du contact :

  • Contact avec soi, c'est-à-dire accueillir ses richesses et ses ombres, ses différences, mais aussi avec les mécanismes intérieurs qui nous poussent trop souvent à des conduites répétitives.
  • Contact avec autrui, pour établir une relation vraie, porteuse de sens, à partir de ce que chacun vit actuellement.
  • Contact avec l'environnement aussi, une attitude à la fois accueillante, curieuse et critique par rapport à ce qui se passe.

Il s'agit du cycle de contact - retrait, c'est-à-dire de la manière dont un besoin émerge à notre conscience, se développe, trouve satisfaction puis s'estompe, pour laisser place à un nouveau besoin. C'est ce processus, de succession ininterrompue de gestalts, en formation puis achèvement, qui constitue l'état d'être de l'individu en « bonne santé ».

 

Lorsqu’un cycle ne s'est pas déroulé d'une manière complète, la situation peut demeurer inachevée et former un élément de pression interne, soit mobilisateur (dans le meilleur des cas), soit traumatique. 

Dans la pratique, de nombreux cycles restent inachevés, ou sont interrompus de manière répétitive au même endroit (par exemple, les réunions se terminant sans concrétisation, des idées qui ne deviennent jamais des projets). Le travail d'accompagnement vise donc à être attentif au déroulement de ces étapes de satisfaction des besoins et en repère les blocages, les arrêts, les répétitions, les sauts etc.

Il peut ainsi être utile d'envisager le déroulement de ce cycle sur la grille de lecture que nous offre l'Ennéagramme des processus (voir l’article sur ce sujet):


 

  1. Suite à une période précédente de retrait, on se rend disponible à recevoir une sensation.
  2. Il y a prise de conscience de la sensation qui est vécue. S'il y a rupture entre 1 et 2,  on ne comprend pas les messages de son corps. Ceci peut alors être anxiogène, avec du refoulement. La prise de conscience nous indique que quelque chose doit être fait pour retourner vers un état de repos (flèche 2-8) et que ceci va nécessiter de l'énergie (flèche 4-2).
  3. De réceptif, il s'agit de devenir actif. Il peut ici y avoir blocage de la réponse par le mental.
  4. On mobilise l'énergie nécessaire à l'action. La sensation nous informe sur la quantité d'énergie nécessaire (flèche 1-4).
  5. On passe à l'action, motivé par le retrait qui soulagera la tension créée (flèche 8-5). S'il y a blocage, l'énergie est là mais ne s'exprime pas et s'accumule sans sortie dans l'expression.
  6. L'action vise à obtenir une satisfaction à travers un contact (flèche 5-7). Si cette satisfaction est négligée, on a une action qui ne réussit pas à atteindre son objet avec de la  frustration.
  7. Le contact a lieu et permet de libérer le système sensoriel pour une autre boucle (flèche 7-1).
  8. Le contact ayant eu lieu, on peut se retirer dans une phase de repos, dissocié de l'environnement.
  9. Si on reste dissocié, on n'est pas disponible pour une autre boucle.

La manière d’exploiter ces correspondances est abordée dans le cadre du cursus de “Maître-Praticien en ennéagramme envolutif

 

 

Nicolas DEPETRIS & Jean-Philippe VIDAL
le 25 mars 2011

© 2011 - EnVOLUTION

Niveau: