Les sous-types de l'ennéagramme

Portrait de Jean-Philippe VIDAL
Sous-types de l'ennéagramme

Avant propos

Une partie des éléments présentés dans cette page sont une traduction de l’article « Enneagram Sub-Types – An Introduction » réalisé par Peter O’Hanrahan. Nous le remercions vivement de nous avoir autorisé à utiliser ce matériel.

 

En synthèse

L’Ennéagramme décrit trois centres d’intelligence : notre centre mental, qui nous sert à réfléchir et planifier, notre centre émotionnel, siège de nos sentiments et de notre relation aux autres, et le centre instinctif, lieu de nos sensations et de nos actions.

Dans ce dernier cohabitent trois grandes forces pulsionnelles :

  • l’instinct de survie
  • l’instinct de reproduction
  • l’instinct grégaire

Nous possédons tous ces trois instincts et les utilisons tous les trois au quotidien, mais nous leur accordons une attention sélective en leur affectant un ordre de priorité : l’un de ces instincts est plus important pour nous et influence la façon dont nous exprimons notre type de personnalité.

L’interaction de cet instinct primaire avec notre mécanisme compulsif dominant (base Ennéagramme) est nommé « sous-type ». En d’autres termes, chacun de neufs mécanismes de l’Ennéagramme peut se décliner sur les différentes façons de fonctionner du centre instinctif, en fonction de la priorité donnée à un de nos trois instincts fondamentaux.

Notre chemin dans la vie est façonné à la fois par notre type de personnalité et par la forme instinctive dominante.

 

Les trois Instincts

Le centre instinctif est le centre de l’intelligence corporelle. Une grande partie du travail de développement personnel sur ce centre consiste à être « présent à son corps», de ressentir le flux de la force de vie couler en nous,  ceci afin d’expérimenter la possibilité de profiter du plein potentiel de nos sensations, d’expérimenter santé et vitalité, de sentir que se qui se passe en nous est une partie d’un plus grand Tout, avec lequel nous interagissons.

Mais il y a plus que cela. Selon l’Ennéagramme, nous avons trois pulsions spécifiques:

  • L’instinct de conservation répond à nos besoins matériels et de sécurité, ce qui comprend la nourriture, le logement, la chaleur, et les relations familiales. La question clef est : Dans quel état suis-je ?
  • L’instinct de reproduction est sollicité lors de nos relations intimes et amitiés fortes. Il exprime la vitalité de la force de vie dans nos corps. La question clef est : Avec qui suis-je ?
  • L’instinct grégaire régit nos besoins d’appartenance et d’adhésion au groupe, à une communauté, à une cause. La question clef est : Dans quel environnement suis-je ?

Nos pulsions instinctives nous motivent dans la lutte humaine continuelle visant à créer et maintenir des relations, à chercher agressivement ce dont nous avons besoin pour survivre, et à défendre ce que nous avons et que nous craignons de perdre.

 

Les sous-types instinctifs

Il existe donc 27 sous-types, soit trois variantes pour chacune des neuf bases Ennéagramme. Notre sous-type décrit nos principales préoccupations et centres d’attention dans la vie quotidienne, les personnes et les projets qui sont les plus importants pour nous.

L’activité du sous-type est, pour partie, une façon d’ « incarner », par nos actions dans le monde extérieur, la pression émotionnelle ressentie à l’intérieur (c’est à dire la « Passion » associée à notre base Ennéagramme). En d’autres termes, les sous-types correspondent à notre façon de gérer nos « réalités extérieures ». Ainsi, les tendances et habitudes liées au sous-type sont un des principaux moyens par lequel nous nous « endormons à nous-même » dans la vie quotidienne.

En termes de développement personnel, il devient donc évident que « ré-équilibrer » l’influence du sous-type sur notre commportement est un levier formidable de travail sur la « présence à soi ». Chaque sous-type a une capacité spéciale, intuitive, et nous apporte le potentiel d’exceller dans un domaine particulier de la vie pulsionnelle.

Plus précisément, notre pulsion instinctive dominante est, en réalité, notre zone de plus grande faiblesse.Ainsi, quand notre « survie » est menacée, le stress qui monte en nous se caractérise non seulement par la compulsion liée à notre base Ennéagramme, mais aussi par la teinte donnée par notre pulsion instinctive première.

 

La fixation liée à la base Ennéagramme de l’individu devient de plus en plus forte. S’y ajoutent la peur reliée à la pulsion instinctive (ne pas survivre, ne pas appartenir, ne pas être désirable) : la mise en oeuvre de notre mécanisme compulsif est lié au domaine de préoccupation de la pulsion instinctive (survie, relations sociales, lien avec l’autre).

La couleur observée sera toujours celle de l’Ennéatype, puisque la fixation, ou mode d’attention, dépend du type. Mais la réaction produite est fonction de l’instinct dominant qui est activé. Il serait dès lors beaucoup plus juste de parler de « sous-définitions du type » que de « sous-types ».

Dans le contexte de notre personnalité (le « faux soi »), c’est à la pulsion instinctive que l’on fait appel en situation de stress ; sa soi-disant fonction étant de protèger la survie des mécanismes de notre base Ennéagramme.

Cependant, puisque la pulsion instinctive dominante est en réalité notre « point faible », son entrée en jeu en période de stress peut ne fournir aucune « protection » à notre survie, voire elle peut exacerber le niveau de stress et de fixation.

 

La vraie question est : comment exprimons-nous la colère, la peur et le désir ? Comment agissons-nous quand nous sommes heureux ou malheureux ? Ainsi, demandez-vous à quoi vous aimez passer votre temps :

  • Avez-vous tendance à vous assurer que vos propres besoins sont satisfaits en ce qui concerne les choses essentielles de la vie ? (conservation)
  • Est-ce que votre attention se porte sur le fait d’être en compagnie d’autres personnes. Avez-vous besoin d’être au service des autres ? (social)
  • Trouvez-vous plutôt que l’expression fondamentale de vous-même est liée à la compagnie d’un partenaire, d’une façon intime et profonde ? Où que vous soyez, quoi que vous fassiez, êtes-vous toujours à la recherche de cette personne bien-aimée particulière ? (intimité)

 

Comment découvrir votre sous-type

Pour certaines personnes, le sous-type dominant semble très clair, tandis que pour d’autres, c’est une question d’étude et d’exploration qui s’inscrit dans le temps.

Les personnes qui nous connaissent bien peuvent nous apporter des commentaires utiles, puisque nous ne sommes pas toujours en mesure de nous observer objectivement. Identifier son sous-type est parfois cependant compliqué en raison de la cohabitation des trois instincts en chacun de nous. Dans nos actions nous alternons l’usage des trois, même si l’un des trois a tendance à être « sur-utilisé ».

Vous pourrez vous identifier à chacun des trois noms donnés aux sous-types de votre base Ennéagramme, mais lequel de ces trois domaines représente la préoccupation la plus importante, le domaine de la vie auquel vous consacrez le plus de temps, le plus d’attention ? Et est-ce celui qui engendre le plus de stress chez vous ?

Tout d’abord, vous pouvez examiner la liste des neuf noms pour chacun des sous-types. En d’autres termes, ne regardez pas seulement les trois noms associés à votre base, mais regardez plutôt les neufs libellés donnés à chacun des trois instincts. L’un de ces ensembles de neuf termes sera probablement plus familier pour vous que les deux autres.

Si vous aviez à retenir une de ces 3 listes, en prenant en compte toute votre histoire de vie, laquelle décrirait le mieux vos centres d’intérêt, habitudes et préoccupations : celle des neufs mots attribués à l’instinct de Conservation, celle des neufs termes « sociaux » , ou les neuf intitulés « Intimité »?

 

La série de neuf termes à laquelle vous vous identifiez le plus reflète votre instinct primaire, et donc votre instinct dominant.

Bien sûr, notre attention fluctue sans arrêt d’une préoccupation instinctive à l’autre. On peut passer des semaines voire des mois dans un domaine instinctif, puis passer à une autre, en fonction des circonstances ou de notre intérêt. Mais si nous ouvrons le livre de notre histoire de vie, un de ces domaines apparaîtra comme ayant eu une place prépondérante.

Les 27 libellés sont, par définition, réducteurs et inexacts. Ils sont destinés à évoquer ou à décrire un certain thème. Si vous ne vous identifiez pas avec le nom du sous-type de votre base Ennéagramme, regardez les noms donnés aux points situés de chaque côté de votre base (les ailes), pour voir si ces termes vous semblent pertinents.

Nicolas DEPETRIS & Jean-Philippe VIDAL
Février 2011

© 2011 - EnVOLUTION

Niveau: 
Objectif: