Mécanisme ennéagramme 2

Portrait de Jean-Philippe VIDAL
Ennéagramme 2

Le mécanisme du type 2 est ancré dans le centre émotionnel. Comme décrit dans l’article présentant l’article sur les centres, la problématique du centre émotionnel se résume par la question “ Qui suis-je ? ”.

En base 2, l’attention est tournée vers l’extérieur. Pour l’individu qui évolue dans cette base, la quête identitaire va s’axer sur la relation à l’autre. Et cette quête se transforme rapidement en quête d’Amour. “Je dois être la personne que l’on aime aimer”.

Se créé la confusion que l’Amour est une marchandise. La transaction est simple : pour en recevoir, il faut en donner. Je ne peux être aimé simplement pour ce que je suis ; je vais donc “tirer le premier” et arroser mon entourage d’attentions et de marques d’affection pour me faire aimer en retour.

Comme la préoccupation première est de recevoir de l’Amour, et en grande quantité, il faut donner de l’Amour sans regarder à la dépense. Les personnes en base 2 doivent donc composer avec une compulsion de don permanent.Plus je donnerais, plus je pourrais recevoir, mieux je me sentirais”.

Un autre moteur de ce mécanisme est la peur inconsciente d’être indigne de l’amour de l’autre. “Si je ne lui donne pas suffisamment d’Amour, je risque de ne pas en recevoir suffisamment”. Dans cette optique, une stratégie se met en place : celle qui consiste à ne pas reconnaître ses propres besoins.

Ainsi, n’ayant plus de besoins qui me soient propres, je vais pouvoir tout mettre en oeuvre pour reconnaître, identifier, anticiper et répondre aux besoins de l’autre, même ceux dont il n’a pas conscience. “Je ne le fais pas pour moi, je le fais pour toi". Et pourtant…

Il arrive aussi qu’au bout d’un moment, à force de donner, on en vienne à constater que le retour n’est pas à la hauteur. L’ingratitude, même perçue, est une faute impardonnable dans le paradigme de la Base 2. C’est le non-respect flagrant du contrat qui sous-tend la relation “d’Amour” que j’ai avec l’autre. La tension engendrée se traduira par des phrases comme : “Après tout ce que je fais pour eux, voilà comme on me remercie”.

 

Cette prodigalité permanente, sans limite apparente et donnant l’illusion du désintéressement, va donc être accompagnée d’une certaine vigilance quant aux retours affectifs, quels qu’ils soient.

Et c’est sur ces fondations que s’installe la passion associée au type 2 : l’Orgueil.Je n’ai besoin de rien, je peux tout donner”. Je suis à la hauteur de ce que tu attends car je suis la seule personne, toi inclus, qui connaisse tes besoins. L’ivresse engendrée me pousserait même à refuser les marques d’affection de l’autre (des cadeaux, notamment), car cela pourrait me faire “redescendre”.

Oh, des fleurs ! Merci mais je ne peux accepter, c’est trop”.

Dans la dimension mentale de la personnalité compulsive en base 2, la fixation est double. C’est la flatterie ou le dédain. La notion de flatterie se passe de définition : il s’agit là de donner à l’autre ce que j’attends de lui. Je vais complimenter l’autre pour l’aider à se sentir bien, car j’en ai conclu que c’est ce qu’il attend de moi. C’est effectivement le moyen le plus efficace de donner l’Amour que j’attends en retour. “Oh que c’est beau ce que tu as fait là !”. Même s’il est empreint d’une certaine sincérité, ce mode de fonctionnement n’en est pas moins manipulatoire.

En revanche, confronté à celui qui n’a pas de besoin, ou qui ne peut me donner ce que j’attends, l’attitude adoptée de façon compulsive sera une forme de dédain : puisque tu ne me sers à rien, je vais t’ignorer. Chez des personnes très compulsives, il n’est pas rare de voir leur regard passer au travers de ceux qui, à leurs yeux, n’ont pas besoin de leur Amour et sont donc incapables de leur rendre quoique ce soit en terme d’attention, de valorisation ou d’affection.

A ce stade, il est bon de faire un rappel : les comportements décrits ici sont en général vécus de façon plus subtile par les individus concernés. Il s’agit ici de faire apparaître les principaux rouages de la mécanique compulsive du type en question, non de décrire “les 2” comme des flagorneurs hyper-dépendants.

 

Car à la passion de l’Orgueil répond la vertu de l’Humilité. Il s’agit de la véritable Humilité, celle qui nous conduit à faire passer les besoins de l’autre avant les nôtres car nous savons intuitivement que c’est bon. Pour les personnes de la base, l’Humilité est une conquête et permet de profiter du bénéfice de l’acte gratuit sans attendre de retour.

La fixation Flatterie / Dédain trouve sa réponse dans l’idée supérieure de Liberté. En ne se définissant que dans la relation à l’autre, on ne peut pas être soi-même. Il faut systématiquement répondre au besoin de l’autre pour être aimé, même si l’on a l’impression de le “tenir”. Pour préserver mon contrôle de la relation je dois fournir et être présent, et ce même quand je n’en ai pas vraiment envie ; quitte à réprimer mes besoins.

La répression des besoins est le principal mécanisme de défense en Base 2. Ceci peut jouer des tours au niveau de l’état de santé, notamment. En effet, à force d’être contraint et réprimé, le corps va finir par somatiser pour se manifester (problèmes de peau, problèmes de dos etc.).

Ici l’enjeu est donc de se libérer du besoin de l’autre pour pouvoir recontacter ses propres besoins.

 

Intégration et Désintégration

Intégration : L’apport des caractéristiques positives du 4 l’aide à exprimer ce qu’il a d’unique et d’original, et ce qu’il ressent (ses joies et ses peines). Il devient capable d’admettre ce qui lui fait du bien indépendamment de ce qui fait du bien aux autres.

 

Désintégration : Le style devient direct et le mot d’ordre est “reconnaissance”. “Avec tout ce que j’ai fait pour toi”. Il s’agit de faire comprendre à l’autre qu’il n’est pas logique de ne pas recevoir de retour matériel ou affectif en regard de tout ce qui est donné. On observe une prise de position haute, dominatrice, et une facilité acquise pour se mettre en colère.

Mécanisme ennéagramme 2

Nicolas DEPETRIS & Jean-Philippe VIDAL
Novembre 2010

© 2010 - EnVOLUTION

Niveau: 
Objectif: