L'ennéagramme et la respiration

Portrait de Jean-Philippe VIDAL
Ennéagramme et respiration

On a l’habitude de parler des mécanismes en œuvre dans les différents profils ennéagramme dans une perspective qui au final est assez mentale, cherchant à disséquer les mécanismes qui s’enchainent en partant de la compulsion propre à chaque profil. Mais si la théorie de l’ennéagramme prend en compte trois centres distincts, c’est bien parce que tous participent au mécanisme consistant à éviter une chose à tout prix. Et à ce titre, le ressenti corporel des effets de la compulsion est différent selon les types.

Ceci est vrai au niveau de la façon de se tenir, de la façon de marcher et aussi de la façon de respirer. Ce qui est alors intéressant, c’est qu’en jouant sur les postures et façons de respirer, on peut faciliter l’interruption du mécanisme compulsif en œuvre. Pour illustrer ceci, je vous propose de considérer la manière de respirer de trois profils différents et la manière de contrecarrer la compulsion en jouant sur ce paramètre.

Prenons le 2 pour avoir un cas de figure émotionnel. De par son centre émotionnel qui s’exprime, il va avoir tendance à éprouver des tensions au niveau du diaphragme et de la poitrine. Le haut du corps est expressif et plein d’énergie, mais le bas du corps lui est souvent difficile à sentir. Discutant beaucoup avec autrui par nature, leur empathie peut leur faire suspendre leur respiration quand ils écoutent les réponses de l’autre. Ils fonctionnent donc souvent avec une respiration haute. Dans ce cas de figure, il pourra être particulièrement bénéfique de respirer avec le ventre pour s’ancrer davantage et entrer en contact avec ses besoins.

Prenons à présent le 6, comme représentant du centre mental. Son système nerveux est en permanence aux aguets, prêt à fuir ou à combattre. Pour rester toujours en alerte, il adopte inconsciemment une respiration rapide et superficielle qui peut se repérer dans une façon de parler un peu hachée et parfois bégayante. Dans ce cas de figure, il sera intéressant d’adopter une respiration lente et profonde, qui sera relaxante et atténuera la sensation subjective de danger permanent.

Prenons enfin le 9, pour représenter le centre instinctif. Ce profil apprécie de rester confortablement dans un état de détente. Sa respiration ventrale lui permet de facilement fusionner avec les autres à partir de ses “tripes”. En respirant avec la poitrine, le 9 se donnera un tonus supplémentaire pour sortir de l’inertie qui le menace.

Ainsi, on voit à travers cet exemple que ce qui entretient naturellement une compulsion peut être une clef d’interruption du mécanisme pour une autre.

  • Le 2 respire souvent avec la poitrine et gagnera à adopter une respiration ventrale.
  • Le 6 respire souvent superficiellement et gagnera à adopter une respiration lente et profonde.
  • Le 9 respire souvent avec le ventre et gagnera à plus respirer avec la poitrine.

 

Les différents ressentis corporels de chaque type et la manière d’en tenir compte pour interrompre les mécanismes compulsifs sont abordés dans le cadre du module ‘Sous-types dans l’ennéagramme’

 

Jean-Philippe VIDAL
le 5 novembre 2008

© 2008 - EnVOLUTION

Niveau: 
Objectif: