Ennéagramme et hypnose ericksonienne

Portrait de Christelle CHARLES
Enneagramme et hypnose ericksonienne

L’ennéagramme est un outil riche et dynamique de compréhension de l’être humain, ainsi que de ses interactions aux autres. L’hypnose est un état modifié de conscience qui est provoqué par une mise en transe plus ou moins profonde. C’est un merveilleux outil qui nous permet d’accéder à toutes les ressources que nous avons à l’intérieur de nous.

L’hypnose ericksonnienne est caractérisée par des interventions adaptées à chaque personne, “de la haute couture pour un modèle unique”, s’appuyant sur l’utilisation d’un langage simple et spécifique, baptisé “milton modèle” en souvenir de son créateur. Celui-ci nous permet de faire des suggestions indirectes et permissives, ce qui explique qu’elles seront acceptées par les personnes. Lier l’ennéagramme et l’hypnose permet alors de faire un travail en profondeur ainsi qu’en douceur, en repérant “le type” ainsi que “l’aile” sur laquelle il s’est glissé.

 

L’ennéagramme, est bâti sur le principe que chacun d’entre nous possédons trois centres de fonctionnement (instinctif, émotionnel, mental), dont un que nous privilégions. Repérer le centre qui prédomine chez la personne est pour le praticien en hypnose une information précieuse au même titre qu’il repère naturellement le système de représentation dominant de son interlocuteur parmi ses cinq sens (visuel, auditif, kinésthésique, olfactif, gustatif) et l’exploite pour susciter l’état hypnotique, en s’appuyant dessus ou bien en prenant délibérément le contre-pied d’utiliser le canal qui est le moins utilisé chez son sujet. Par exemple, avec une personne à prédominance visuelle, aura-t-on peut-être intérêt à utiliser une formule comme “je VOIS bien de quoi vous parlez”.

 

En hypnose, il n’est pas rare d’utiliser une métaphore thérapeutique, “une histoire” qui aura pour but de permettre à la personne de se sentir bien, de grandir. La métaphore est un outil qui procure l’avantage de travailler en profondeur chaque fois qu’une personne vit une problématique, tout en préservant son écologie personnelle. Ici déjà l’ennéagramme s’accorde parfaitement avec l’hypnose pour la construction de métaphore, étant un outil privilégié pour l’écriture de scénario (voir l’article ennéagramme et scénario).

 

Bien plus, en combinant les techniques de langage de l’hypnose ericksonienne et les informations précises que nous donnent l’ennéagramme sur les fonctionnements internes de notre interlocuteur, on peut construire des accompagnements adaptés au plus juste à chaque cas rencontré. Prenons quelques exemples :

 

Pour la mise en transe d’un 7 (centre mental), je pourrais lui proposer de faire un jeu car le 7 aime s’amuser. Pour cela je lui proposerais de voyager dans le monde entier car le type 7 aime la diversité, il ne tient pas en place ! Puis je le surchargerais d’informations pour provoquer un lâcher prise (le centre mental veut tout contrôler, alors voyons à quel moment il « craque »). Pour cela, j’augmenterais mon débit de parole tout en l’invitant à faire plusieurs choses en même tant car le 7 a une tendance à la gloutonnerie. Par exemple :

« Comme vous le savez je sais que vous adorez prendre du bon temps, pour continuer à profiter je vous invite à vous installer confortablement où vous voulez et à vous préparer impatiemment à décoller car nous allons nous envoler pour un tour du monde; et en même temps vous pouvez commencez à fixer le point qui se trouve juste au-dessous du plafond, là c’est bien, et décompter en même temps de 100 à 1 et tandis que vous faites tout cela vous tapez du pied en cadence...»

et comme le 7 se protège pour ne pas souffrir je ferais aussi une dissociation :

« alors que votre inconscient entend ma voix votre conscient lui peux arrêter de m’écouter et faire tout ce qu’il veut faire et peut-être s’ouvrir alors que vos yeux sont déjà en train de se fermer... »

 

Pour la mise en transe du 1 (centre instinctif), je tiendrais compte de sa tendance a l’anxiété, je vais donc le rassurer :

« ...et en même temps, peut-être ou peut-être pas, que vous entendez ma voix doucement paisiblement vous pouvez sentir une agréable chaleur vous envahir et vous protéger... continuez à vous relaxer... »

Le 1 étant perfectionniste et ayant un driver sois parfait :

« je sais bien que vous savez
tout ce que vous allez entendre... 
»

Je prendrais également en compte que le 1 à la manie de faire l’inverse de ce que vous lui demandez, de ce fait je vais donc me servir de cette information :

« et je vous invite à ne pas fermer les yeux...
ou alors pas trop vite...
 »

 

Quand au 4 (centre émotionnel), j’utiliserais l’hypnose en conversationnel et je tiendrais compte du fait qu’il est hors du commun et de son amour pour l’originalité et la créativité. Je prendrais le plus grand soin à nous installer dans un bel endroit atypique. Je prendrais grand soin de me synchroniser avec lui : en adoptant une position similaire, en me calant sur sa respiration, sa gestuelle... J’axerais mes questions sur ses ressentis et inviterais le 4 à faire un jeu qui tend à lui faire comprendre quelle est l’intention positive et qu’est ce qui s’y cache pour dédramatiser la situation :

« Ferme les yeux et dis moi à quoi ressemble ce que tu ressens, est-ce un objet, un paysage, une forme, quelqu’un ? »

Une fois que le 4 me donne une réponse je lui demande ce qu’il y a derrière et ainsi de suite.

 

Vous l’aurez compris, l’ennéagramme et l’hypnose réunis permettent de gagner en puissance, en profondeur et en efficacité, et plus vous monterez dans votre apprentissage de l’ennéagramme, plus vous aimerez faire de l’hypnose en étant au plus près de la personne que vous accompagnerez.

 

Christelle CHARLES
le 8 janvier 2010

© 2010 - Christelle CHARLES

Niveau: