Corps et ennéagramme

Portrait de Nicolas BERNARD
Ennéagramme et corps

« Quel est le lien entre mon corps et mon esprit ? » De tous temps cette question préoccupe l'être humain : elle sous-tend tout une série d'autres questions existentielles : « à quoi me sert mon corps ? » « Qu'est-ce qu'il m'en reste après la mort ? » « Mes maladies ont-elles un sens ? »... etc, etc... qui finalement sont des interrogations de base sur le sens de notre incarnation.

Si nous nous fions à nos perceptions immédiates, nous devons reconnaître que nous n'avons aucune marque plus concrète de notre existence que ce corps... et paradoxalement, nous savons très peu de choses de lui, et nous avons même tendance, du moins dans notre culture occidentale, à le considérer comme un simple objet.

Si l'on se base sur cette évidence, répondre à ces questions existentielles impose de s'interroger en profondeur sur la réelle fonction du corps.

Cet article présente une approche originale du corps et de ses liens au psychisme qui est un début de réponse à ses questions. Il vise à montrer que l'on peut analyser la fonction du corps au travers d'un outil puissant, l'ennéagramme des processus, qui permet d'établir l'unité corps-esprit...

Dans l'approche thérapeutique qui en découle, ce modèle se révèle particulièrement puissant pour décoder les cristallisations psychiques ou personnalités par la mise en lumière des dysfonctions du corps.

 

Qu'est-ce réellement que le corps ? L'instrument de notre évolution.

 

Au travers de mes recherches et de mon expérience de thérapeute manuel, j'ai vite compris que les symptômes n'étaient que la conséquence lointaine de dysfonctionnement plus profonds.

Mais lesquels ?... peu à peu, j'ai posé comme central que le corps est ce que l'on nomme un Athanor : un laboratoire alchimique.

Je crois profondément que nous ne nous incarnons pas pour rien. Nous ne venons pas pour que notre corps vive limité, malade et meure usé, ne nous laissant que l'amertume d'une expérience pauvre. Je suis convaincu que nous venons sur Terre pour accomplir un processus.

Nous venons sur Terre pour évoluer, pour alchimiser notre être, et nous avons besoin d'un instrument. Cet instrument c'est notre corps.

Le corps est réservoir de force vitale. C'est notre dragon, le dragon des légendes qui se joue des formes, maître des éléments. Il est notre cheval, notre monture pour transmuter, pour grandir. Il possède un fonctionnement qui lui est propre, et qui est unique à chaque individu, car personne ne possède le même axe de vie. Le corps de chacun, dans sa structure, dans son fonctionnement libre, porte la marque de son identité profonde, de son essence.

Au fil de ma pratique, à force d'écoute attentive, je me suis convaincu que le corps et le subconscient étaient une seule et même chose. Tout dysfonctionnement dans le corps traduit alors forcément un dysfonctionnement du psychisme, et réciproquement.

Autrement dit : les carapaces psychiques, ou personnalités sont inscrites dans le corps comme des déviations de son fonctionnement libre et entier.

Une personnalité est donc littéralement un mode de fonctionnement « mécanisé » du corps-athanor.

 

Corps et ennéagramme : applications et perspectives

 

Pour comprendre le processus alchimique du corps, l'ennéagramme des processus est un outil privilégié, d'une grande précision, qui intègre complètement la dimension transcendantale de l'être tout en étant totalement pragmatique... Je ne vais pas sur ce site approfondir cette notion, que JP Vidal a bien rendu accessible (voir ses articles).

Les recherches que j'effectue se basent sur la notion des trois centres corporels déjà énoncée par Gurdjieff et présente dans les typologies des personnalités, et en explorent les ramifications, tant pour décrire le fonctionnement interne de chaque centre, que leurs influences mutuelles et les influences externes qu'ils subissent.

Cette approche permet de proposer une autre symbolique des zones corporelles, comme du fonctionnement des différents composants du corps. Les symboliques actuellement disponibles sont soit purement analogique (par ex correspondance de forme ou de fonction) soit ésotériques (arbre séphirotique par exemple).

Dans aucun cas, elles n'intègrent clairement la fonction d'évolution du corps, ce que permet l'utilisation de l'ennéagramme des processus, puisque les principes qu'il porte ne sont pas à proprement parler ésotériques : ils sont cybernétiques, d'une manière qui inclut des dimensions totalement absentes des approches matérialistes. Il s'agit d'une technologie du sacré.

Chaque centre corporel devient alors relié à un principe fonctionnel qui est lui même relié à une dimension transcendantale de l'humain. Chaque centre accomplit une tâche bien définie dans le champ de la manifestation physique, mais est également l'image d'un plan particulier de l'être avec lequel il entretient des relations privilégiées.

Un aperçu de cette description est donnée dans le schéma ci-dessous.

 

Ce schéma de base se déroule suivant la logique en 9 zones et 27 sous-zones. Il permet de comprendre la constitution interne de chaque centre, de nommer les zones corporelles et les sous-zones corporelles qui sont reliées à telle ou telle étape de processus et de pouvoir ainsi en donner la fonction.

Comprendre chaque centre, c'est aussi expliciter quelles interactions il entretient avec l'extérieur : les autres centres, les influences externes à la personne, et donc avoir une vision dynamique de l'alchimie du corps-esprit.

 

L'application thérapeutique du modèle

 

A travers ce nouveau système descriptif l'enjeu principal est de pouvoir « lire » directement dans le corps les déséquilibres psychiques à l'origine des symptômes, ce qu'un entraînement adéquat à la palpation informationnelle du corps permet. Un ressenti fin associé à une bonne interrogation permet de comprendre de manière intime l'architecture des déséquilibres, et de pouvoir nommer à la fois les types psychiques ancrés dans le corps, mais aussi les réservoirs de force latente masqués par ces « subpersonnalités ».

On peut même aller plus loin pour comprendre les modes d'interaction réels établis par la personne avec son environnement et qui sont soutenus par ces subpersonnalités, ainsi que leur origine. Lorsque l'on comprend l'architecture psychique inscrite dans le corps, le sens des symptômes apparaît aussi plus clairement, comme une limite du mode de fonctionnement de telle ou telle subpersonnalité.

Cette approche que j'exerce et enseigne permet de faire des liens corps-esprit fulgurants, qui ne découlent pas d'observations-déductions, mais d'une mise en lumière de ce qui est là. Par le contact conscient, cette mise en lumière peut provoquer de profondes détentes dans les cristallisations corporelles et permettre le retour à un fonctionnement libre, c'est-à-dire au rétablissement de la fonction alchimique du corps.

Cette thérapeutique permet de comprendre dans l'instant ce qui est la cause du problème que le patient vient présenter et d'agir dessus sans forcément parler. Elle prend la personne dans ce qu'elle présente sans l'enfermer dans un type psychique, tout en lui fournissant des solutions.

 

En conclusion...

 

Il existe encore aujourd'hui peu de systèmes qui permettent de faire des liens corps esprits clairs et qui intègrent la dimension évolutive de l'être humain. Ces recherches ouvrent la porte à une meilleure compréhension du psychisme et de ses ancrages en personnalités.

Par ce modèle, nous pouvons envisager de redonner du sens aux sous-aspects des types psychiques largement décrits dans la littérature ennéagramme, et leur donner un substrat concret.

Au-delà de la sphère de l'ennéagramme, les applications paraissent immenses : elles touchent toutes les branches de la médecine et en particulier les approches naturelles qui se veulent non symptômatiques : l'hygiène vitale, le mouvement, la psychologie, et évidemment la spiritualité...

 

 

Nicolas Bernard

Chercheur, thérapeute, formateur

atanakor.over-blog.com

 

 

Bibliographie

  1. Ouspensky, Fragments d'un enseignement inconnu, Stock, 2003

  2. JP Vidal, L'ennéagramme envolutif, Clefs du présent, 2009

 

Niveau: